Ce que nous faisons

Share to Pinterest Share to Google+ Share by email

Le travail du NSWP permet que soient entendues les revendications des organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe qui militent pour des services qui sont respectueux des droits humains ainsi que pour le droit de vivre libre de tout abus ou de toute discrimination, et de ne pas avoir à subir de lois, de politiques et de pratiques répressives ; il plaide aussi pour l’autodétermination des travailleurSEs du sexe. Le NSWP travaille essentiellement avec des réseaux régionaux dirigés par des travailleurSEs du sexe ; il facilite un travail de renforcement des capacités qui soit dirigé par des travailleurSEs du sexe.

Les activités du NSWP se font conformément à la Déclaration de consensus sur le travail du sexe, les droits humains et le droit. Il s’agit d’un document qui a été publié en 2014 à la suite d’une consultation des membres du NSWP et auquel tous les membres adhèrent.

Le NSWP promeut et facilite la représentation des travailleurSEs du sexe dans les forums politiques internationaux et crée pour les organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe des opportunités de contribuer au développement de directives normatives internationales, comme l’Outil de mise en œuvre pour les travailleurSEs du sexe (SWIT).

Le NSWP publie un large éventail de ressources, notamment des documents d’information et des documents de politique générale accompagnés de leurs guides communautaires, des rapports mondiaux et régionaux, des guides futés, des communiqués, la revue Research for Sex Work et des études de cas. Les correspondants régionaux du NSWP rapportent l’actualité ayant trait au travail du sexe dans les cinq régions du NSWP.

Le NSWP est partenaire de l’alliance Bridging the Gap. Dans ce cadre, il travaille sur le programme relatif au travail du sexe en se concentrant sur le renforcement des capacités des organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe et sur le travail de plaidoyer à l’échelle mondiale.

Le NSWP a un rôle de leadeur dans un consortium de travailleurSEs du sexe : il rassemble des réseaux mondiaux et régionaux dirigés par des travailleurSEs du sexe dans le but de développer et de mettre en œuvre les programmes de renforcement des capacités financés par le Robert Carr civil society Networks Fund.

Les résultats

Le NSWP a été moteur de changements importants qui ont permis d’améliorer les conditions de vie des travailleurSEs du sexe de façon concrète. Les résultats au niveau mondial comptent notamment :

  • Avoir réussi à convaincre la communauté internationale que le travail du sexe est un travail, et cela notamment grâce aux efforts entrepris auprès des Nations Unies pour que soient utilisées les expressions « travail du sexe » et « travailleurSEs du sexe ».
  • Avoir fait campagne, avec succès, pour que la Convention de Palerme (2000) – la convention des Nations Unies contre la traite des personnes – inclue dans sa définition de la traite des êtres humains les notions de coercition et d’usage de la force.
  • Avoir organisé le Sex Worker Freedom Festival, une alternative à la Conférence internationale sur le sida de 2012, pour les travailleurSEs du sexe et leurs alliéEs, et en réponse aux restrictions de voyage imposées par les États-Unis aux travailleurSEs du sexe.
  • Avoir garanti que la Note d’orientation de l’ONUSIDA sur le VIH et le commerce du sexe (2012) tienne compte des revendications des travailleurSEs du sexe et adopte des approches qui respectent les droits humains.
  • Avoir fait campagne avec succès pour que les recommandations pour la décriminalisation du travail du sexe et pour l’émancipation des communautés de travailleurSEs du sexe soient incluses dans les directives de l’OMS : Prévention et traitement du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles chez les travailleuses du sexe dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, un document produit par l’OMS, le FNUAP, l’ONUSIDA et le NSWP en 2012.
  • Avoir garanti que les organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe puissent contribuer au développement de l’Outil de mise en œuvre pour les travailleurSEs du sexe (SWIT) produit par l’OMS, le FNUAP, l’ONUSIDA, le NSWP, le PNUD et la Banque mondiale en 2013.
  • Avoir construit une alliance forte et solide avec d’autres réseaux mondiaux de populations clés afin de pouvoir promouvoir, au niveau international et national, des programmes qui soient communautaires et respectueux des droits humains.

Pour plus d’information sur le travail du NSWP et sa planification stratégique, veuillez consulter les documents suivants :

Rapport annuel 2014 - Rapport annuel 2013 - Rapport annuel 2012

Plan stratégique 2016-2020 - Analyse stratégique 2015 - Plan stratégique 2010-12 et 2013-15