Conférence internationale sur le sida de 2014

Share to Pinterest Share to Google+ Share by email

« Les travailleurSEs du sexe ont été très remarquéEs pendant la Conférence internationale sur le sida de 2014 […] Les parapluies rouges étaient nombreux, les zones de réseautage de nos communautés étaient vibrantes, la participation des travailleurSEs du sexe aux débats et aux discussions était élevée et nous étions présentEs dans les médias. Tout le monde a pu apprécier la diversité de nos communautés et chaque fois qu’elles-ils en ont eu la possibilité, les travailleurSEs du sexe sont montéEs sur le podium pour s’exprimer de manière claire et efficace. »
Janelle Fawkes dans le rapport de la Scarlet Alliance sur la Conférence internationale sur le sida de 2014 (traduction).

La Conférence internationale sur le sida de 2014 s’est tenue à Melbourne en Australie. Dans leur rapport détaillé sur la participation des travailleurSEs du sexe à la Conférence, la Scarlet Alliance remarque : « Les travailleurSEs du sexe ont clairement exprimé le besoin de décriminaliser le travail du sexe.

Ce qui était différent cette année, c’est que ces revendications, exprimées de façon cohérente et constante, étaient appuyées à cette conférence par des travaux de recherche présentés dans l’édition de la revue The Lancet sur « le VIH et les travailleurSEs du sexe ». Il en est ressorti que certains parlementaires se sont engagés pendant la conférence à soutenir un changement des législations.

Il a aussi été question des violations des droits humains dont sont victimes les travailleurSEs du sexe. C’est un problème essentiel qui reste un obstacle majeur à la protection de nos droits, de notre santé et de notre sécurité au travail et qui entrave les mesures mises en place dans la lutte contre le VIH. La criminalisation du travail du sexe est encore très répandue ; ces lois sont utilisées contre les travailleurSEs du sexe pour notamment criminaliser notre statut sérologique, notre sexualité, notre identité de genre et sexuelle, notre travail, nos lieux de travail et nos clients. Les travailleurSEs du sexe continuent d’être stigmatiséEs et discriminéEs par les prestataires de services, par la société et au niveau des politiques et des pratiques dans le monde entier. Il est très inquiétant que les législations mises en place pour lutter contre la traite humaine servent à criminaliser davantage les travailleurSEs du sexe en limitant notre liberté de mouvement. »

Le rapport est disponible dans son entièreté, en anglais, ici.

Autres nouvelles

WONETHA presents at the 20th International AIDS Conference

The Desiree Alliance boycotts the 2014 International AIDS Conference in Melbourne Australia

Two day IAC sex worker pre-conference to be held in Melbourne

Sex workers self-organise to ensure meaningful participation in IAC 2014

AIDS 2014 Melbourne Declaration Calls for the Eradication of Discrimination Against People Living with or at Risk of HIV

Sign-On to increase meaningful coverage of key populations at the International AIDS Conference

2014 Red Ribbon Awards

Scholarships for the International AIDS Conference 2014: Deadlines approaching soon

Stepping up the pace: theme of the 20th International AIDS Conference announced