Le travail du sexe et le droit : Comprendre les cadres juridiques et la lutte pour la reforme des lois sur le travail du sexe

Share to Pinterest Share to Google+ Share by email
Source: 
NSWP
Year: 
2014

Ce document décrit les différents cadres législatifs (y compris les cadres réglementaires oppressifs), qui oppriment et criminalisent le travail du sexe et les travailleurSEs du sexe. Il donne aussi un aperçu des principes communs à tous les membres du NSWP et du jargon qui sont utilisés pour militer pour les réformes législatives qui permettront aux droits humains et aux droits du travail des travailleurSEs du sexe d’être respectés et protégés. 

Le mouvement mondial pour les droits des travailleurSEs du sexe1 fait depuis longtemps campagne contre les lois qui violent les droits des travailleurSEs du sexe. Une des valeurs fondamentales du NSWP est l’opposition à toutes les formes de criminalisations et à toute autre oppression judiciaire du travail du sexe (y compris vis-à-vis des travailleurSEs du sexe, des clients, des tierces parties* , des familles, des partenaires et des amiEs). Il est aussi nécessaire de réformer les pratiques de la police et l’application de la loi, inséparables du droit, qui s’accompagnent souvent d’extorsion, de corruption et de traitements discriminatoires envers les travailleurSEs du sexe. 

Au sommaire:

  • Les cadres juridiques et les strategies pour la reforme legislative
    • La décriminalisation
    • La dépénalisation
    • La légalisation
  • Autres oppressions judiciaires du travail du sexe 
    • Les lois pénales qui ne sont pas spécifiques au travail du sexe
    • Les lois et les politiques de santé publique
    • Le droit du travail et la législation en matière d’emploi
    • Les lois sur l’immigration
    • Le droit fiscal
    • Les lois religieuses ou traditionnelles
    • Le droit international 
  • Conclusion : les principes essentiels d’un cadre juridique qui respècte, protège et reconnait les droits du travail et les droits humains des travailleurs et des travailleuses du sexe

* Le terme « tierces parties » comprend les employeurs, les tenanciers de « bordels », les réceptionnistes, les aides, les chauffeurs, les propriétaires, les hôtels qui louent des chambres aux travailleurSEs du sexe et qui que ce soit qui facilite le travail du sexe.

Vous pouvez télécharger ce document d'information ci-dessus comme PDF 17 pages. Cette ressource est disponible en Inglés, chinois, français, russe et Spanish.