Resources

Share to Pinterest Share to Google+ Share by email

Cette ressource est un Guide communautaire du Document d’information : Des espaces réduits et les stratégies pour faire taire les travailleurSEs du sexe​. Il donne un aperçu du document d'information complet et offre des recommandations destinées aux décideurs politiques et aux prestataires de services de santé.

Les organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe disposent de financements de plus en plus restreints et les espaces accordés aux travailleurSEs du sexe pour qu’elles/ils puissent s’exprimer sont également de plus en plus limités ; les travailleurSEs du sexe ont ainsi de moins en moins l’opportunité d’influencer les programmes, les politiques et les décisions qui les concernent.

À travers le monde, le travail du sexe est réglementé par un éventail de lois et de politiques variées. NSWP a publié une carte des lois mises en œuvre dans 208 pays et dépendances pour réglementer et criminaliser le travail du sexe ; cette carte indique aussi parfois les lois appliquées au niveau régional, dans les pays.

Cette Note d'Information souligne les problèmes de l'amalgame du terme 'exploitation sexuelle' avec le travail sexuel, et comment cela exacerbe les dommages faits aux travailleuses du sexe.

Le 13 avril 2016, la France adoptait la loi « visant à renforcer la lutte contre le système prostitutionnel et à accompagner les personnes prostituées », devenant ainsi le deuxième pays de l’Union européenne à sanctionner les clients des travailleur.se.s du sexe. Depuis, deux chercheurs, Hélène Le Bail et Calogero Giametta, en collaboration avec 11 associations ont mené une enquête afin de documenter les impacts de cette nouvelle législation sur la santé, les droits et les conditions de vie des travailleur.se.s du sexe en France.

Cette note d’information de NSWP apporte des informations concernant deux lois – « Stop Enabling Sex Traffickers Act » (SESTA) et « Allow States and Victims to Fight Online Sex Trafficking Act » (FOSTA), qui criminalisent les plateformes en ligne que les travailleurSEs du sexe utilisent pour promouvoir leurs services et échanger des informations avec d’autres travailleurSEs du sexe, notamment dans l’objectif de garantir leur sécurité.

On trouvera dans ce document:

Le présent document est un outil pratique qui peut servir, d’une part, aux organisations pour évaluer si elles impliquent ou non les travailleurSEs du sexe de façon significative et, d’autre part, aux organisations dirigées par des travailleurSEs du sexe pour évaluer si elles sont impliquées de façon significative.

Un nombre grandissant de pays ont commencé à mettre en œuvre la réforme des lois sur le travail du sexe pour « mettre fin à la demande de sexe rémunéré » et criminaliser l’achat de services sexuels ou l’envisagent.

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document de politique générale Le travail du sexe et l’égalité de genre. Il s’intéresse aux liens qui existent entre les droits des travailleurSEs du sexe et l’égalité de genre. Il soutient que le mouvement de défense des droits des femmes doit inclure, de façon significative, les travailleurSEs du sexe en tant que partenaires. Il défend l’idée d’un féminisme qui reconnaitrait les droits des travailleurSEs du sexe comme des droits humains et met en lumière les intérêts communs qu’ont les deux mouvements dans leur lutte pour une amélioration des droits des personnes.

Ce document de politique générale s’intéresse aux liens qui existent entre les droits des travailleurSEs du sexe et l’égalité de genre. Il soutient que le mouvement de défense des droits des femmes doit inclure, de façon significative, les travailleurSEs du sexe en tant que partenaires. Il défend l’idée d’un féminisme qui reconnaitrait les droits des travailleurSEs du sexe comme des droits humains et met en lumière les intérêts communs qu’ont les deux mouvements dans leur lutte pour une amélioration des droits des personnes. Au final, il ne peut pas y avoir d’égalité entre les genres si les droits humains des travailleurSEs du sexe ne sont pas reconnus et protégés à part entière. Un guide communautaire est aussi disponible ici.

Ce document d'information décrit les différents cadres législatifs utilisés pour ériger en infraction pénale et opprimer le travail du sexe et les travailleurs du sexe, y compris les cadres réglementaires oppressives. Il fournit également un aperçu de la langue et des principes communs que les membres utilisent NSWP Lorsque Préconiser des réformes qui le respect de la loi et protéger les droits de l'homme et du travail des travailleuses du sexe.

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document de politique générale La décriminalisation des tierces parties. Il traite des violations des droits humains qui résultent de la criminalisation des tierces parties, et explique pourquoi NSWP et ses adhérents souhaitent la décriminalisation des tierces parties.

Ce document de politique générale fait le point sur les travaux de recherche effectués sur la décriminalisation des tierces parties. Il a pour objectif d'expliciter les raisons pour lesquelles NSWP appelle à la décriminalisation des tierces parties.  Il traite des effets néfastes que la criminalisation des tierces parties peut avoir sur les travailleurSEs du sexe. La conclusion de ce document fait le point pour démontrer que décriminaliser les tierces parties, c'est assurer la protection des droits des travailleurSEs du sexe, c'est leur donner la possibilité de refuser des conditions de travail abusives et l'exploitation et c'est leur donner un plus grand contrôle sur leur environnement de travail. Un Guide communautaire est aussi disponible ici.

Les travailleurSEs du sexe constituent un groupe clé affecté par le VIH, avec de multiples facteurs contribuant à leur vulnérabilité. Dans le monde entier, beaucoup de programmes de lutte contre le VIH ne tiennent pas compte de ces facteurs et travaillent activement à réduire leur situation. Cet échec ne peut résulter, au mieux, d'un répit temporaire qui privilégie certains travailleurSEs du sexe par rapport à d'autres, plutôt que de servir à l'autonomisation de la communauté des travailleurSEs du sexe dans leur ensemble, leur permettant de travailler en toute sécurité et de se protéger.
En août 2015, le conseil international d'Amnesty International a voté en faveur d'une résolution visant à élaborer et à adopter une politique qui protège les droits des travailleurSEs du sexe, y compris la décriminalisation complète de tous les aspects du travail du sexe consensuel entre adultes. Cette étude de cas reflète le processus à l'égard de la résolution d'Amnesty International, son impact jusqu'à présent et sur les rôles des organisations membres de NSWP et NSWP dans ce processus. Il reflète également brièvement les campagnes de travail anti-sexe ciblant les organisations de travail du sexe et Amnesty International.
Ceci est un guide communautaire sur L’impact réel du modèle suédois sur les travailleurSEs du sexe: Outil de plaidoyer, une collection de documents sur le modèle suédois. Elle peut être utilisée pour contester la promotion généralisée de cette approche juridique et politique nuisible à la réglementation du travail du sexe.

Research for Sex Work 15: Résistance et Résilience est une publication pour les TravailleurSEs du sexe, les militantEs, les travailleurSEs de la santé, les chercheurSEs, le personnel des ONGs et les décideurSEs. Il est publié chaque année et est régie par un comité éditorial composé de travailleurSEs du sexe, de personnel des organisations de soutien et des cheurcheurSEs. Il est disponible en anglais et en français.

Membre d’NSWP Stella à Montréal au Canada a produit 9 fiches pour les travailleurs/travailleuses du sexe. Les fiches fournissent des informations importantes sur les modifications apportées à la loi canadienne après l'adoption de la Loi sr la Protection des Collectivités et des Personnes Victimes d’Exploitation en 2014, qui criminalise les travailleurs/travailleuses du sexe, les clients et les tierces personnes.

Les fiches proposent des outils concrets pour les travailleurs/travailleuses du sexe quand ils naviguent les nouvelles lois, et expliquent également comment les nouvelles lois ont un impact négatif sur les travailleurs/travailleuses du sexe.

Suite à une consultation mondiale avec les membres, la déclaration NSWP Consensus réaffirme plate-forme de plaidoyer mondial de l 'NSWP pour le travail du sexe, les droits humains et la loi. La Déclaration de consensus est délivré au nom des membres du NSWP et les travailleurs du sexe qu'ils représentent, y compris les travailleurs du sexe de tous les genres, de la classe, la race, l'origine ethnique, l'état de santé, l'âge, la nationalité, la citoyenneté, la langue, les niveaux d'éducation, des incapacités et de nombreux autres facteurs.