Resources

Share to Pinterest Share to Google+ Share by email

Cette ressource est un Guide communautaire du Document de Politique Générale: Les travailleurSEs du sexe et les restrictions de voyage​. Il donne un aperçu du document d'information complet et offre des recommandations destinées aux décideurs politiques et aux prestataires de services de santé.

Les travailleurSEs du sexe rencontrent de nombreuses difficultés lorsqu’elles/ils souhaitent migrer et voyager. Elles/ils sont longuement interrogéEs de façon arbitraire, il leur est très difficile d’obtenir un visa en raison des préjugés dont elles/ils sont victimes, ils/elles sont très surveilléEs et font l’objet de contrôles discriminatoires de la part des services de l’immigration après être entréEs dans un pays. La liberté de circuler des travailleurSEs du sexe est aussi parfois entravée par des mesures qui prétendent lutter contre la traite humaine.

Ces dernières décennies, la traite des personnes a fait l’objet d’une attention grandissante sur la scène internationale, un phénomène qui résulte principalement de la mise en œuvre des traités internationaux de lutte contre la traite, de la pression exercée par les féministes fondamentales et les groupes abolitionnistes et d’une réaction à l’augmentation des migrations de travail dans le monde.

La stigmatisation véhiculée par la société et les cadres juridiques punitifs entravent les droits des populations clés à élever une famille sans avoir à subir ni ingérence ni discrimination. Les expériences des groupes de populations clés (hommes gays et bisexuels, autres hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes, usagerÈREs de drogues, travailleurSEs du sexe et personnes transgenres) sont diverses et variées et dépendent du degré de criminalisation, de stigmatisation et de discrimination mais aussi de facteurs propres à l’individu tels que son statut socioéconomique, son genre, sa race et son état de santé. En tant que parents, les membres des populations clés rencontrent néanmoins les mêmes types de problèmes.

Cette ressource est un guide communautaire relatif au document de politique générale intitulé L’impact de la criminalisation sur la vulnérabilité des travailleurSEs du sexe au VIH et à la violence. Ce guide explique brièvement de quelle manière la criminalisation accroit la vulnérabilité des travailleurSEs du sexe au VIH et à la violence. Il offre aussi des recommandations pour une décriminalisation totale du travail du sexe, une étape essentielle à l’amélioration des vies des travailleurSEs du sexe.

Ce document de politique générale examine l’impact des lois qui criminalisent le travail du sexe. Il reflète les données collectées lors d’une consultation menée en ligne auprès des membres de NSWP. Ce document examine l’impact de la criminalisation à trois moments distincts : la surveillance et le contrôle policier des travailleurSEs du sexe avant les arrestations, les interactions avec le système judiciaire et, la libération et le retour dans la communauté. Ce document aborde les divers domaines du droit et les pratiques des forces de l’ordre qui ont un impact disproportionné sur les travailleurSEs du sexe, notamment les lois sur l’immigration, le contrôle policier des espaces publics, les lois anti-LGBTQ, la criminalisation du VIH et les codes religieux.

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document de politique générale Le travail du sexe et l’égalité de genre. Il s’intéresse aux liens qui existent entre les droits des travailleurSEs du sexe et l’égalité de genre. Il soutient que le mouvement de défense des droits des femmes doit inclure, de façon significative, les travailleurSEs du sexe en tant que partenaires. Il défend l’idée d’un féminisme qui reconnaitrait les droits des travailleurSEs du sexe comme des droits humains et met en lumière les intérêts communs qu’ont les deux mouvements dans leur lutte pour une amélioration des droits des personnes.

Ce document de politique générale s’intéresse aux liens qui existent entre les droits des travailleurSEs du sexe et l’égalité de genre. Il soutient que le mouvement de défense des droits des femmes doit inclure, de façon significative, les travailleurSEs du sexe en tant que partenaires. Il défend l’idée d’un féminisme qui reconnaitrait les droits des travailleurSEs du sexe comme des droits humains et met en lumière les intérêts communs qu’ont les deux mouvements dans leur lutte pour une amélioration des droits des personnes. Au final, il ne peut pas y avoir d’égalité entre les genres si les droits humains des travailleurSEs du sexe ne sont pas reconnus et protégés à part entière. Un guide communautaire est aussi disponible ici.

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document de politique générale Reconnaitre le travail du sexe comme un travail. Il fait l’inventaire des organisations, des traités et des conventions existants sur la scène internationale qui permettent d’examiner la notion de travail, du droit au travail et plus spécifiquement la notion de reconnaissance du travail du sexe comme un travail. Il montre quels sont les avantages de reconnaitre le travail du sexe comme un travail et d’une approche par le biais des droits du travail. Il fait aussi le bilan de la consultation qu’a mené NSWP auprès de ses membres : NSWP leur avait demandé, dans le cadre du travail du sexe, quelles étaient les conditions requises pour travailler dans des conditions décentes.

Thème: Human Rights, Labour

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document de politique générale La décriminalisation des tierces parties. Il traite des violations des droits humains qui résultent de la criminalisation des tierces parties, et explique pourquoi NSWP et ses adhérents souhaitent la décriminalisation des tierces parties.

Ce document de politique générale fait le point sur les travaux de recherche effectués sur la décriminalisation des tierces parties. Il a pour objectif d'expliciter les raisons pour lesquelles NSWP appelle à la décriminalisation des tierces parties.  Il traite des effets néfastes que la criminalisation des tierces parties peut avoir sur les travailleurSEs du sexe. La conclusion de ce document fait le point pour démontrer que décriminaliser les tierces parties, c'est assurer la protection des droits des travailleurSEs du sexe, c'est leur donner la possibilité de refuser des conditions de travail abusives et l'exploitation et c'est leur donner un plus grand contrôle sur leur environnement de travail. Un Guide communautaire est aussi disponible ici.

Cette ressource est un Guide communautaire relatif au document d’information sur les jeunes travailleurSEs du sexe. Ce document de politique générale fait le point sur les travaux de recherche qui ont été faits concernant les jeunes qui vendent du sexe : il traite à la fois des jeunes de moins de 18 ans qui vendent du sexe et des jeunes travailleurSEs du sexe âgéEs de 18 à 29 ans. Il démontre clairement que la discrimination, la stigmatisation et la criminalisation systémiques auxquelles sont confrontés les jeunes qui vendent du sexe les rendent plus vulnérables au VIH.

Thème: Human Rights

Ce document de politique générale fait le point sur les travaux de recherche qui ont été faits concernant les jeunes qui vendent du sexe : il traite à la fois des jeunes de moins de 18 ans qui vendent du sexe et des jeunes travailleurSEs du sexe âgéEs de 18 à 29 ans. Le présent document donne un aperçu du cadre juridique dont dépendent les jeunes de moins de 18 ans qui vendent du sexe. Il fait également le point sur la littérature actuellement disponible traitant des expériences des jeunes qui vendent du sexe. Il démontre clairement que la discrimination, la stigmatisation et la criminalisation systémiques auxquelles sont confrontés les jeunes qui vendent du sexe les rendent plus vulnérables au VIH. Un Guide communautaire est aussi disponible ici.

Thème: Human Rights