Document de Politique Générale: Les travailleurSEs du sexe et les restrictions de voyage

Share to Pinterest Share to Google+ Share by email
Source: 
NSWP
Year: 
2019

Les travailleurSEs du sexe rencontrent de nombreuses difficultés lorsqu’elles/ils souhaitent migrer et voyager. Elles/ils sont longuement interrogéEs de façon arbitraire, il leur est très difficile d’obtenir un visa en raison des préjugés dont elles/ils sont victimes, ils/elles sont très surveilléEs et font l’objet de contrôles discriminatoires de la part des services de l’immigration après être entréEs dans un pays. La liberté de circuler des travailleurSEs du sexe est aussi parfois entravée par des mesures qui prétendent lutter contre la traite humaine. Les restrictions de voyage peuvent être une source importante de stress et certaines d’entre elles/eux évitent carrément de voyager parce qu’ils/elles craignent de se voir refuser l’entrée sur le territoire, d’être déportéEs ou encore d’être identifiéEs comme travailleurSE du sexe. Les travailleurSEs du sexe doivent pouvoir se déplacer pour participer à la vie politique et civile ; tout obstacle à leur libre circulation viole leur droit à s’associer et à s’organiser.

Le présent document de politique générale s’intéresse aux restrictions de voyage qui limitent les mouvements des travailleurSEs du sexe et à la manière dont elles interagissent avec d’autres obstacles que rencontrent les travailleurSEs du sexe, par exemple la discrimination qui frappe les individus venant de pays pauvres à faible revenu.

Vous pouvez télécharger cette ressource de 18 pages ci-dessus. Cette ressource est disponible en anglais, en chinois, en français, en russe et en espagnol. Ce document a été traduit en français par David Boudon. Un Guide communautaire est disponible ici